Numéros publiés


2017| 27
2016| 26 25
2015| 24 23
2014| 22 21
2013| 20 19 18
2012| 17
2011| 16 15 14
2010| 13 12 11
2009| 10 9
2008| 8
2007| 7 6
2006| 4
2005| 3 2 1
2004| 0

Lectures

Carnets de lectures

Actualités

Appel à comm

Prochains Numéros

La revue

Ligne éditoriale

Comités de rédaction

Normes de rédaction

Mentions légales

Versione PDF

Des tissus dans tous les sens : d’une terminologie didactique à la communication professionnelle du projet « Voce del verbo moda »

Marie-Berthe VITTOZ, Maria Margherita MATTIODA



Résumé

Dans cet article nous allons nous intéresser au vêtement dans sa dimension matérielle et nous nous pencherons en particulier sur les tissus que le système de la mode a fini par charger d’un pouvoir symbolique incontournable. Plus précisément nous allons illustrer une démarche scientifique et didactique qui nous a permis d’aborder le lexique du domaine des textiles selon une approche plurielle, à savoir terminologique, culturelle, communicationnelle et dans une perspective de FOS.
Le travail de recherche a été englobé dans un projet spécifique consacré à la mode (Voce del verbo moda) et a impliqué des acteurs universitaires et des professionnels du secteur de la mode et de la culture. Son aboutissement a été la réalisation d’un glossaire bilingue italien-français à visée communicative relatif aux tissus sélectionnés à partir des archives de la Maison Ermenegildo Zegna de Biella (Italie).

Abstract

The symbolic power and connotation that fashion often charges on fabrics has recently received much attention. In this article, we will focus on garments in their textile components with the aim of analysing the field of fashion under different points of view. In particular, starting from a theoretical framework of French for Specific Purposes (FOS), the analysis aims to investigate the terminology, the discourse and cultural patterns and their impact in language teaching. In this regard, the research activity was carried out during the development of a project dedicated to fashion (Voce del verbo moda). The project involved university teachers and students as well as professionals in the field of fashion industry and culture. The final result of the research has brought to the realisation of an Italian - French bilingual glossary on selected tissues from the Ermenegildo Zegna’s archives, one of the most reputed Italian luxury fashion house. The glossary is available on the website of “Voce del verbo moda”.

Cambiando le “rapport au savoir” cambierà perciò tutto…Cambieranno, appunto, gli insegnanti. Somiglieranno di più a “manager d’impresa”? A sovrintendenti e pianificatori di competenze multiple? ... Saranno – nei nuovi orizzonti dell’informazione-lego, della configurazione a geometria variabile dei saperi – specializzati non solo “orizzontalmente” nelle rispettive discipline, ma anche “verticalmente” nella ricerca e/o nelle sue applicazioni al percorso formativo, e “lateralmente” nell’organizzazione e nel montaggio? ... È impossibile sapere se, come e quando…anche se sarà molto stimolante, poter osservare, prevedere e sperimentare.

(S. Poli)

Introduction

Étoffes,1 tissus, textile, textiles… autant de synonymes ou pseudo-synonymes dont l’emploi au quotidien nous laisse parfois dans un certain flou sémantique. En effet, si la mode parle souvent « chiffon » et « vêtements », nous avons l’impression qu’elle parle moins «textiles » et « tissus » surtout en raison du fait que dans notre société contemporaine les aspects sémiotiques et communicationnels priment sur les aspects les plus proprement matériels. Or, tout vêtement constitue non seulement une représentation symbolique, mais aussi une matérialité porteuse d’histoire et de discours ayant trait à un savoir-faire spécifique et à un vocabulaire qui lui est propre. Comme le souligne E. Danese :

[…] il tessuto non è caos: è materia strutturata, superficie mobile generata da intrecci ritmici. Essa stessa è formata e genera forme. Non è solo il taglio, ma anche il tessuto, la materia di cui sono fatti gli abiti a deciderne la forma: fluida, sostenuta, rigida, morbida, tesa. […] Tutte queste proprietà del tessuto dipendono dal tipo, dalla forma, dalla lunghezza e dalla configurazione della fibra impiegata, dal titolo, dalla torsione e dalla superficie dei filati, dal numero dei fili e dalla qualità. Ogni minima variazione in una di queste o altre caratteristiche – come la sua mano e la sua texture – produce non solo un diverso aspetto della superficie dell’abito, ma anche una diversità nella sua forma. (DANESE 2005: 93-94)

On ne peut pas décrire un vêtement sans tenir compte du fait qu’il est le résultat d’un processus de transformation dont les fondements peuvent être des étoffes, terme noble, un peu archaïque, désignant les tissus traditionnels, des tissus « résultats du croisement de fibres » ou encore des textiles « vaste famille recouvrant celle des étoffes » à distinguer de textile, terme indiquant l’ensemble du monde du tissu et « désignant plus particulièrement l’industrie qui s’y applique ».2 On ne peut pas non plus connaître entièrement le vêtement sans avoir pris en considération la matière dont il est issu, son poids, sa façonnabilité, son rapport au corps. Le vêtement traverse en deçà et au-delà la dimension matérielle et immatérielle et le tissu devient le moyen pour le recontextualiser aussi bien dans le développement économique et technologique que dans le foisonnement créatif lié à l’évolution des mentalités. L’approche au tissu se doit nécessairement pluridisciplinaire parce qu’il s’agit du matériau à la fois réel et symbolique, substance matérielle et signe linguistique et culturel.

Dans notre travail nous allons nous intéresser au vêtement dans sa dimension matérielle et nous nous pencherons en particulier sur les tissus que le système de la mode a fini par charger d’un pouvoir symbolique incontournable. Plus précisément nous allons illustrer une démarche scientifique et didactique qui nous a permis d’aborder le lexique du domaine des textiles selon une approche plurielle, à savoir terminologique, culturelle, communicationnelle et dans une perspective de FOS. Le travail de recherche a démarré dans le cadre d’une collaboration entre le Département des Langues et Littératures étrangère de l’Université de Turin et le Circolo dei lettori, l’un des centres culturels les plus dynamiques de la ville de Turin, créé en 2006 avec le soutien de la Région Piémont. S’insérant dans un projet spécifique consacré à la mode, et notamment la troisième édition de « Voce del verbo moda »,3 la recherche a impliqué non seulement les acteurs institutionnels (responsables de l’enseignement de français, responsables du projet, Bureau de presse et direction de la communication) et les étudiants (Scienze della Mediazione linguistica, niveau Licence, 3è année ; Comunicazione Internazionale, niveau Master 1 ; Laboratoire de Traduction spécialisée), mais aussi les professionnels du secteur (entreprises, spécialistes). Ce projet pluridisciplinaire s’est déroulé du mois de mars au mois d’octobre 2015 et a abouti à la réalisation d’un glossaire bilingue italien-français à visée communicationnelle relatif aux tissus sélectionnés à partir des archives de la Maison Zegna de Trivero (Biella).

Dans un premier temps nous allons présenter la démarche didactique qui nous a menées à la construction du glossaire, ensuite nous allons montrer de quelle manière nous avons croisé le travail terminologique de base avec les besoins de communication grand public exprimés par les organisateurs de l’évènement ; enfin, nous nous pencherons sur le rapport entre terminologie et traduction et nous donnerons un aperçu du produit final, #dicomoda#dicomode#, un mini-dictionnaire à l’usage des internautes.

1.« Stoffa »/tissus : le découpage thématique du projet

Le point de départ de notre recherche a été le choix du domaine qui s’est imposé de façon très précise au moment de la rencontre de tous les acteurs du projet. D’une part, les parcours didactiques mis en place pour les étudiants spécialistes de FLE du Département des Langues prévoient depuis quelques années des modules de traduction spécialisée du français vers l’italien dans le domaine de la mode, ce qui les amène non seulement à expérimenter la traduction à partir de textes ayant différents degrés de technicité, mais aussi à une réflexion linguistique et métatraductive sur le domaine en question. Le travail traductif est accompagné d’une recherche terminologique qui implique les étudiants dans la réalisation de glossaires bi ou plurilingues permettant de développer leurs compétences lexicales, mais aussi de les sensibiliser à l’organisation conceptuelle du domaine de la mode et à son système gravitationnel composé de sous-domaines, ayant chacun sa terminologie propre (vêtement, sous-vêtement, textiles, chaussures, accessoires, etc.) construisant un ensemble hétéroclite dont la complexité a été assez bien pris en compte dans les travaux descriptifs sur la langue de la mode (BOUVEROT 2000 ; SERGIO 2010 ; CATRICALA 2011). D’autre part, la thématique affichée pour l’édition 2015 de « Voce del verbo moda » portait sur la narration de la mode sous l’angle des tissus en tant que clé de lecture privilégiée pour comprendre la « sapienza dell’intreccio, il percorso e i passaggi per arrivare dal filato al prodotto finito, fatto non solo di materie prime e chimica, ma anche di conoscenze, storie, persone ».4 Par rapport aux éditions précédentes, qui étaient centrées plutôt sur le « système de la mode » (Incontri di Stile ; Immaginare, creare, raccontare lo stile), nous sommes face à un découpage évènementiel plus restreint – la mise en discours des matières et la construction diégétique - mais plus ancré dans les spécificités du territoire piémontais et, plus précisément, du pôle textile d’excellence de Biella, connu pour ses nombreuses manufactures lainières et ses maisons de couture de renom international telles que Zegna et Cerruti.

Le domaine des tissus, se prêtant à devenir l’objet d’une communication culturelle à l’usage du grand public, présente à tous les effets les caractéristiques de la spécialisation et de la technicité, ressortissant de la rencontre des sciences des matériaux et de l’évolution des techniques de production tout au long de l’histoire, vu qu’il intéresse toutes les cultures et toutes les époques :

[…] il s’agit d’un secteur de la production qui a connu un développement historique long et complexe, fait d’hybridation culturelles et de nouvelles découvertes techniques, où se mêlent des termes divers par leur morphologie et leur histoire, des éponymes comme jacquard, des termes de dérivation géographique comme damas, jean, madras, mais également un grand nombre de termes métaphoriques. (ROSSI, GIAUFRET 2015 : 283)

Il s’agit également d’un domaine qui s’est structuré à partir de connaissances spécialisées sur des savoir-faire, des métiers et des activités professionnelles donnant lieu à un code composite où les mots semblent bien respecter les critères de dénotation, de monosémie et de monoréférentialité distinctifs de la langue technique. Toutefois, il ne faut pas oublier que la représentation verbale dans ce domaine peut se charger d’une plus forte composante émotive si l’on considère la valeur cognitive donnée à l’élément non verbal (image, échantillon, etc.) incontournable pour véhiculer toutes ces informations relevant du champ sensoriel, intrinsèques au signe et fondamentales pour tout discours deet sur la mode, de et sur les tissus.

Dans la terminologie des textiles, où règne apparemment une certaine stabilité et continuité sur le plan diachronique, la classification des termes et des concepts « usually include[s] first the fibres, and then the yarns and the structures such as weaving or knitting » (LERVAD, NOSCHE, DURY 2011). Au-delà de certains classements plus strictement commerciaux, les ouvrages d’information et les manuels proposent de classer les tissus :

  • selon les matières premières, les fibres qui les composent qui peuvent être naturelles (laine, coton, lin, soie), artificielles (par ex. viscose, modal) ou synthétiques (elasthanne, acrylique, polyammide, etc.)

  • selon la technique de fabrication : tissus simples (toile, taffetas, organdis, crêpes, mousseline, voile, etc.), tissus composés (velours,twill, gaze, tweed, etc.), tissus façonnés (jacquard, damas, brocart, matelassé, etc.)

D’autres classements plus spécifiques et ponctuels existent - des plus techniques, par exemple selon l’armure, le finissage, l’impression, aux plus culturels par exemple tissu-matière, tissu-modèle, tissu-motif (DEBRAY, HUGUES 2005), sans oublier le classement sémantique proposé par Barthes (1967 : 196-197). Notre objectif étant didactique et communicatif, nous avons préféré travailler par catégories plus générales qui pouvaient mieux s’adapter à la construction des connaissances encyclopédiques de base auprès d’étudiants possédant quelques notions générales de type linguistique et culturel sur la mode, mais aucune connaissance spécialisée sur le secteur textile. Nonobstant l’écart entre une familiarité apparente (laine, coton, soie) et une complexité réelle (brillantine, grenadine, ratine), ce domaine nous a paru très intéressant à parcourir en raison d’une belle et longue histoire d’échanges entre la France et l’Italie où les influences réciproques se greffent sur le plan lexical aussi bien par emprunt que par calque (par ex. jacquard, crêpe, georgette, vichy en italien; brocart, brocatelle, mousseline, soie grège, taffetas en français5). De plus, ces apports entre langues voisines enrichissent les legs des langues et cultures du monde entier imprimant des traces mémorielles sur son lexique comme le montrent les échos toponymiques dans calicot, damas, gaze, madras, les racines étrangères dans moire, alpaga, vigogne,gabardine, ou, encore, les anglicismes tweed, twill, cheviot attestant un phénomène qui a pris de l’ampleur pendant ces dernières années.

Dans la partie suivante nous allons préciser la nature de notre corpus qui s’est orienté plus précisément sur une typologie de tissus (les tissus de laine), sa constitution et le travail terminologique effectué sur les termes répertoriés.

2. La recherche terminologique

2.1. La documentation et le corpus

Notre répertoire a été constitué à partir des termes récoltés auprès de la Maison Zegna, dont les archives sont conservées à la Fondazione Zegna à Trivero, petite ville près de Biella, région lainière du Piémont et pôle manufacturier d’excellence jusqu’à l’aube du XXIe siècle. Dans les belles salles de « Casa Zegna », siège de la Fondation depuis 2007, nous avons pu consulter les catalogues avec échantillon de la maison, spécialisée en tissus et en vêtements pour homme depuis 1910, mais aussi son riche patrimoine de volumes et de documents issu d’autres grandes maisons comme les fonds anciens de la Maison parisienne Claude Frères (1859 et suivants), les centaines de milliers d’échantillons de la Maison suisse Heberlein (1920-1940) et les catalogues plus récents de la manufacture du terroir Agnona (www.fondazionezegna.org). Les étudiants ont été impliqués dans la recherche documentaire et dans le dépouillement des différentes sources afin de contribuer à un premier listage des mots du domaine. L’une des principales difficultés rencontrées a été l’absence de sources verbales dans bon nombre de documents étant donné qu’il s’agissait de signes visuels et matériels, c’est-à-dire des pièces de tissu sans aucune dénomination, qui nous a obligé à nous tourner uniquement vers les catalogues et les fonds documentaires de presse, ce qui a permis de récolter un premier corpus général et non classé de termes soi-disant textiles. D’autres difficultés sont issues des limites de la production Zegna traitant presque exclusivement les tissus de laine et des lacunes concernant le manque de compétences culturelles techniques dans ce domaine. C’est grâce à l’intervention du personnel expert de la Maison Zegna que ces difficultés ont été partiellement dépassées.

Par la suite nous avons établi la liste des termes à traiter pour le projet selon des critères de pertinence, de fiabilité et de bidirectionnalité, c’est-à-dire l’emploi du même signe en français et en italien pour désigner le même référent. Un premier travail de classement s’est imposé afin de ne retenir que les termes répondant aux critères ci-dessus en mettant en position prioritaire l’inscription dans la classe des emprunts au français de la part de l’italien. Nous avons donc établi une première liste « brute » incluant une cinquantaine de termes que nous avons considérés interculturels, c’est-à-dire implantés dans le lexique du français et de l’italien. Ces termes reflètent en particulier l’univers de la création couture de la maison Zegna qui s’est toujours distinguée pour l’habillement masculin et, pour cela, répertorie principalement la gamme des tissus de laine. Tout d’abord cette liste a été vérifiée au niveau onomasiologique – l’inscription parmi les entrées dans les dictionnaires de langue générale – et sémasiologique par le biais d’une recherche comparative des définitions fournies par les deux langues dans plusieurs types de support papier et numérique (dictionnaires spécialisés, glossaires spécialisés, sites spécialisés). Cette enquête préliminaire nous a permis de comparer l’emploi de cette terminologie textile en France et en Italie, de reconnaître la circulation de ces termes entre les deux pays (par ex. it. popeline emprunté au français, der. de l’anglais poplin qui à son tour avait emprunté au français la forme plus ancienne papeline ; it. taffettà, du persan taftah créé à partir de la forme française taffetas ; it. gabardine du fr. gabardine à son tour adapté de l’espagnol gabardina, der. de  gabán  et de  tabardina), de vérifier les écarts éventuels entre dénommant et chose dénommée (par ex. velours en italien et en français), la variation polysémique de certains termes (par ex. voile) et la variation dénominative (ex. it. organdì, organdis, organza).

Suite à cette analyse encore quelque peu sommaire, une première sélection de termes a été effectuée sur la base des objectifs de communication « grand public et jeunes», et plus en général tous les férus de mode ou les plus actuels fashion addicts, définis par la responsable du projet et les chargés de communication du Bureau de presse du Circolo dei lettori. Si l’évènement « Voce del verbo moda» est organisé pour promouvoir la culture de la mode et pour provoquer son rayonnement à partir de la ville de Turin, qui a joué un rôle fondamental pour la mode italienne (mais aussi pour la diffusion de la mode française), le public touché est aussi bien généraliste (amateurs, passionnés, étudiants, …) que spécialisé (professionnels, métiers de la mode et du design, experts), généralement cultivé. Une fois ces données contextuelles évaluées, nous avons décidé de privilégier la dimension mémorielle et de mettre de côté les termes les plus techniques et les plus opaques (par ex. natté, ratiné, pongé) pour ne maintenir que les termes d’usage courant afin de satisfaire des besoins de communication numérique (les pages Internet spécialement conçues pour ce projet) et de divulgation.

Les termes retenus, constituant notre corpus d’arrivée – 22 au total - montrent comment le réseau d’échanges dans le secteur textile entre la France et l’Italie a mené à la construction de connaissances culturelles partagées :

vittoz 1

Par la suite, pour chacun des termes choisis a été mise au point une fiche qui a fait l’objet d’une recherche documentaire de la part des étudiants appelés à compléter les différentes parties avec plusieurs types d’informations.

2.2 La fiche terminologique 

La fiche terminologique, à la base de tout travail terminologique, peut être considérée l’une des clés de l’accès aux connaissances spécialisées ; c’est pourquoi elle doit inclure toutes les informations nécessaires et indispensables – données linguistiques, données conceptuelles - sur le concept dont elle est la représentation scripto-visuelle. Selon Dubuc (2002 : 81-82) la fiche est un « document qui contient, sous une forme facilement accessible et repérable, des renseignements permettant d’identifier un terme, associé à un contenu notionnel suffisant, dans un domaine donné et dûment attesté par une source digne de foi » dont la finalité serait double, c’est à dire « assurer la bonne compréhension du concept qui en fait l’objet et favoriser l’usage adéquat des termes qui désignent ce concept» (FRANCOEUR 2015 : 25). Le modèle que nous avons élaboré dans un premier temps tient compte des éléments pertinents indiqués par l’ISO (2011) simplifié et adapté ensuite à nos besoins didactiques spécifiques, notamment une fiche destinée à fournir à des étudiants en formation dans le domaine de la médiation linguistique les outils les plus pertinents pour des tâches traductives (version et thème français-italien) et pour cela riches en contextes d’usage :

[...] les traducteurs ont besoin non seulement d’équivalents justes, mais également de contextes d’utilisation, d’informations sur la combinatoire des termes ainsi que, si possible, des informations factuelles sur les concepts (CABRE 1998 : 94).

Dans un tout premier temps, notre fiche terminologique bilingue a été articulée en 8 parties contenant :

  • les données linguistiques : indication de la catégorie grammaticale, contexte langagier (pour montrer le fonctionnement du terme en discours), phraséologie, synonymes…

  • les données conceptuelles : la définition (indication de la source), l’étymologie (attestée dans les dictionnaires), le contexte encyclopédique, les notes et les observations éventuelles.

De cette manière, la mise sur fiche des termes du domaine textile permettrait d’en illustrer l’implantation dans les deux langues ainsi que la bidirectionnalité conceptuelle ou les écarts culturels éventuels qui pourraient se présenter dans des domaines à géométrie variable comme celui de la mode, règne de l’éphémère par excellence où les référents désignés peuvent parfois changer de nom pour mieux répondre aux exigences des temps modernes ou bien enregistrer les innovations technologiques les plus importantes (cosméto-textile, écotextiles).

2.3 De la fiche modèle à la fiche culturelle

Les informations grammaticales, conceptuelles et encyclopédiques ont permis de représenter la dimension linguistique et métalinguistique des dénominations des tissus comme les exemples qui suivent l’illustrent.

vittoz 2
	 
  
vittoz 3

Cette première mouture de la fiche terminologique a été intégrée dans une deuxième phase par des notes encyclopédiques et culturelles visant à enrichir le tissu, « cette structure première, cet objet rigoureux dans sa constitution par le compte exact de ses croisures de fils [et] en même temps imprévisible comme nos émotions » (DEBRAY, HUGUES 2005) et à le relier à sa fonction « civilisationnelle » en tant que produit qui suit l’évolution des styles, des mentalités, des époques. La recherche encyclopédique a permis d’ancrer le terme dans des conditions de productions socio-culturelles variées et de nous diriger vers une terminologie spécifiquement culturelle mieux adaptée au domaine général de la mode dont les termes circulent depuis toujours en dehors des secteurs spécialisés. En effet, comme le souligne Depecker « les langues sont inscrites, par toutes leurs dimensions, y compris scientifiques et techniques, dans des sociétés et dans des cultures qu’elles contribuent à façonner » (DEPECKER 2002 : 96). S’il est vrai que la terminologie n’est qu’un élément parmi ceux qui véhiculent des informations d’ordre culturel, il ne faut pas oublier la valeur de l’élément culturel dans toute réflexion portant sur les attitudes et les pratiques dans certains secteurs où la culture détermine et conditionne la perception des concepts :

Les terminologies scientifiques sont peu influencées par la dimension culturelle, mais celles des technologies et encore plus celles des secteurs tertiaires et des entreprises peuvent être considérées comme dépositaires d’attitudes et de valeurs qui doivent être explicitées dans les ressources mises à la disposition du traducteur. La prise en compte de ces dimensions culturelles exige une nouvelle méthodologie qui permette d’incorporer dans les articles des dictionnaires autre chose que les informations référentielles (HUMBLEY 2012 : 11)

Dans les exemples qui suivent, il est possible d’apercevoir les transformations de la fiche grâce aux approfondissements culturels demandés aux étudiants qui ont fouillé dans les ressources numériques de différents domaines (littérature, musique, beaux-arts, médias spécialisés) afin d’inscrire les tissus dans leur contexte culturel de production et de resémantisation symbolique traversant souvent les frontières nationales :

vittoz 4
vittoz 4.1
vittoz 4.2
	 
  
vittoz 5.1
vittoz 5.2
vittoz 5.3

Le matériel documentaire contenu dans les fiches, parfois lacunaire, parfois très riche en informations de tous genres, a été repris par la rédaction web de la direction de la communication de notre partenaire, le Circolo dei lettori, dans une optique de médiation et de communication à son public spécifique et au public visé. Le contenu informationnel a ainsi été sélectionné et hiérarchisé sous l’angle de la présentation la mieux adaptée à un domaine éclectique et extrêmement aléatoire tel que celui de la mode où il se révèle essentiel non seulement de donner des informations objectives, mais aussi de transférer des suggestions, des émotions, des rêves aux usagers potentiels pour les stimuler, les intéresser et les faire participer au processus de la transmission culturelle. C’est la raison pour laquelle le travail terminologique a représenté la plateforme expérimentale pour une nouvelle mise en forme conceptuelle du terme sous une forme narrative au style rapide et « user-friendly » visant à initier le lecteur à l’univers non conventionnel du tissu en misant non seulement sur des éléments techniques, mais encore sur l’effet mémoriel/émotionnel à travers la reconnaissance d’un objet familier ou le partage de souvenirs expérientiels. Le Bureau de communication nous a donc fourni une fiche modèle en italien de type communicationnel qui a servi de base aux étudiants pour un exercice de réécriture technico-culturelle indispensable pour comprendre comment passer de la phase de documentation à la phase de rédaction pour une communication professionnelle. Les nouvelles fiches ont été préparée dans un premier temps en italien pour permettre aux responsables des contenus web d’intervenir au niveau formel et d’harmoniser les propositions des étudiants possédant des niveaux de compétence rédactionnelle dans leur propre langue maternelle non homogènes.

vittoz 6

Afin de vérifier l’exactitude du contenu technique présent dans la texture narrative des définitions des tissus, il s’est avéré indispensable l’implication des experts du secteur et notamment les techniciens du textile travaillant chez Zegna, notre fournisseur de données lexicales et notre partenaire dans la recherche effectuée. Les termes et leurs définitions ont été soumis à un contrôle pointu, la publication en ligne de notre mini dictionnaire web étant subordonnée à l’exactitude des données techniques.

3. De la terminologie didactique à la traduction

La dernière phase de notre travail a permis de mettre en relation la construction des ressources terminologiques bilingues et leur réemploi dans des activités de traduction. La narration autour des termes désignant les tissus en français et en italien est devenue l’objet de la traduction des textes brefs de l’italien en français afin de mettre au point un outil permettant un double accès de la part des deux langues-cultures :

Una parola, due lingue, nuances diverse di significato: la moda parla francese.
Più che definizioni, per ogni termine c’è un breve racconto, che mette insieme nozioni tecniche sul tessuto (apprese dopo una giornata di ricerca all’Archivio Fondazione Zegna) e suggestioni dal mondo della letteratura, del cinema, della storia, della musica. (http://www.circololettori.it/dicomoda-dicomode/)

Les caractéristiques techniques des tissus et leur dimension culturelle ont demandé aux étudiants participant au projet un effort considérable aussi bien sur le plan proprement traductif (ils ont dû traduire vers la langue étrangère) que sur le plan personnel d’autoévaluation des compétences en langue maternelle et étrangère. Dans les textes traduits par nos traducteurs en herbe la difficulté d’encodage dans la langue étrangère (langue d’arrivée) a montré d’un côté tous les obstacles que des apprenants encore en phase de perfectionnement linguistique peuvent rencontrer et de l’autre la complexité de la traduction comme « évènement global » dont les choix stratégiques du traducteur sont en relation avec la fonction du texte dans la/les cultures réceptrices (GAMBIER 2012). La traduction-produit a donc donné des résultats très différents dont la gamme va des productions plus ou moins correctes d’un point de vue linguistique mais peu satisfaisantes d’un point de vue stylistique et de registre à des productions très imparfaites sur le plan linguistique et culturel. Le transfert linguistique de l’italien vers le français d’un texte mixte, technique et culturel à la fois, a représenté un défi très important pour les apprenants qui ont pu observer le cycle du processus de traduction (GOUADEC 2002) et mieux comprendre l’importance de la phase de post-traduction. Les productions issues de la traduction « pédagogique » ont donc été soumises à une révision de la part de l’équipe des enseignants responsables du projet pour une adéquation qualitative de l’ensemble du projet traductionnel :

vittoz 7

La comparaison des versions met en évidence le rôle joué par la recherche terminologique et documentaire préalable dans les deux langues, laquelle a permis aux étudiants de réemployer les termes en contexte de façon correcte et fidèle, et son rapport à la dimension sectorielle du domaine de la mode (il s’agit d’une communication spécifique comme le montre par ex. un vestito in georgette con placchette argento specchiaterobes en georgette ornées de petits miroirs argentés) et à la dimension culturelle de l’évènement d’ancrage (ex. le gemelles Kessler, che incantarono il loro pubblicosœurs Kessler qui, dans les années soixante, enchantèrent le public).

Comme des recherches récentes dans le domaine de la terminologie l’ont montré, la composante non verbale est essentielle dans les langues spécialisées ; cela est encore plus vrai dans le cas de domaines qui se structurent sur des systèmes sémiotiques complexes comme c’est le cas du « système de la mode » où le tissu réel est aussi bien signe écrit que signe visuel. Notre mini-dictionnaire, publié et consultable à l’adresse http://www.circololettori.it/dicomoda-dicomode/, a donc eu des images en accompagnement, des petits échantillons visuels des tissus racontés, faisant partie des archives de la Fondazione Zegna, avec une fonction illustrative et suggestive en même temps :

vittoz 8

Conclusion

Après avoir présenté la démarche scientifique et pédagogique qui nous a permis de participer activement à l’évènement « Voce del verbo moda » dans la section « Progetti di moda » avec la réalisation d’un glossaire bilingue (italien-français) selon une orientation culturelle marquée, nous essayerons d’en tirer quelques conclusions.

Tout d’abord, la recherche sur les textiles couvrant le processus de transformation, depuis les matériaux bruts (fibres) jusqu'aux produits intermédiaires (tissus non tissés, tissés ou tricotés) et aux produits finis (produits textiles de consommation) doit être définie à l’intérieur d’un domaine spécialisé dont il n’est pas toujours facile de reconnaître clairement les frontières et dont la langue peut être technique et générale à la fois. À cela, il faut ajouter que les termes textiles ne sont pas toujours monosémiques, mais ils peuvent être concernés par la polysémie (velours) et la connotation (tissu chanel).

Deuxièmement, la nomenclature du textile met en évidence le rapport étroit entre l’Italie et la France et se prête bien à être explorée selon une approche interculturelle visant à reconnaître les similitudes et les différences véhiculées à travers une terminologie ayant une charge culturelle « partagée » par les deux pays, à quelques nuances près. Cela représente donc un terrain d’observation privilégié pour des étudiants qui ont été sensibilisés à une approche culturelle et différentielle en traduction.

Enfin, la réalisation d’un glossaire bilingue, publié dans le site Internet de l’évènement et ouvert virtuellement à tout public, nous a permis d’impliquer les étudiants dans un projet professionnel leur demandant de mettre en jeu non seulement des compétences linguistiques en voie de perfectionnement, mais aussi des compétences thématiques, interculturelles, communicatives à des fins de communication professionnelle. Le parcours emprunté les a menés d’une terminologie pédagogique vers la traduction et la communication professionnelle. C’est dans ce « contexte protégé » que nos étudiants ont pu franchir les différentes étapes de la traduction spécialisée (terminologie → documentation→ rédaction → traduction → communication spécialisée) et développer une réflexion métatraductive à travers l’observation et l’évaluation de chaque phase de la construction du produit final.

Il ressort de cette expérience projetée et réalisée à plusieurs voix une nouvelle voie d' accès à la traduction spécialisée pour des étudiants de niveau avancé en FLE par laquelle la culture  transversale du domaine choisi, ici les tissus, permet "d'humaniser" les technicismes des opérations traductives accomplies transformant ainsi un enseignement/ apprentissage en un parcours riche d'altérité.

Références bibliographiques

BARTHES R., Système de la mode, Paris, Seuil, 1967.
BOUVEROT D., 2000, Le langage des modes: habitat, alimentation, vêtement, in G. Antoine-B. Cerquiglini (eds.), Histoire de la langue française 1945-2000, Paris, CNRS, p. 223-251.
CABRE M.T., La terminologie, Paris, Colin, 1998
CATRICALÀ M., Il linguaggio della moda, in AA.VV. Enciclopedia Treccani http://www.treccani.it/enciclopedia/linguaggio-della-moda_%28Enciclopedia-dell%27Italiano%29/
CENTRELLA M., DIGLIO C. (éds), Les tissus au fil des mots, Paris, Hermann, 2014.
DANESE E., I tessuti: un’eccellenza italiana, in L. FORTUNATI, E. DANESE, Manuale di sociologia, comunicazione e cultura della moda, vol. 3, Roma, Meltemi, 2005, p. 93-94.
DEBRAY R., HUGUES P. (éds), Dictionnaire culturel du tissu, Paris, Fayard, 2005.
DUBUC R., Manuel pratique de terminologie, Montréal, Linguatech, 2002
GAMBIER Y., Traduction : des métiers différents, un processus commun, https://www.utu.fi/fi/yksikot/hum/yksikot/ranska/opiskelu/opiskelijaksi/Documents/Gambier2012.pdf
FRANCOEUR A., « La fiche terminologique, entre théorie et pratique », Langues et Linguistique, n. 35, 2015, p. 24-39. http://www.lli.ulaval.ca/fileadmin/llt/fichiers/recherche/revue_LL/vol35/A.Francoeur.pdf
GOUADEC D., Profession traducteur, Paris, La Maison du Dictionnaire, 2002
HARDOUIN-FUGIER E., BERTHOD B., CHAVENT FUSARO M., Les Etoffes. Dictionnaire historique, Paris, Les Editions de l'Amateur, 2005.
HUMBLEY J., « L’élément culturel dans les terminologies : pistes de réflexion », Le bulletin du CRATIL, n. 9, 2012, p. 2-14.
LERVAD S., NOSCHE , DURY P., Verbal and non verbal configurations of textiles : a diachronic study, http://www.porphyre.org/workshop-toth/files/2013_Article_textile_Nosch_Lervad_fianl_december_2011_1.pdf
ROSSI M., GIAUFRET A., La terminologie de la mode dans les manuels de couture, in M. MODENESI, M.B. COLLINI, F. PARABOSCHI, La grâce de montrer son âme dans le vêtement. Studi in onore di Liana Nissim, vol. III, Milano, LED Edizioni, 2015, p. 275-296.
SERGIO G., Parole di Moda. Il Corriere delle dame e il lessico della moda nell’Ottocento, Milano, Franco Angeli, 2010
WEIDMANN D., Guide pratique des textiles, Paris, Dunod, 2015

Sites web

Fondazione Zegna : http://www.fondazionezegna.org/casa-zegna/
Dictionnaires textiles : http://www.lexicool.com/dictionnaires-en-ligne.asp?FSP=C30&FKW=textiles
Dizionario tessile online: http://it.texsite.info/Pagina_principale
Fashion dictionary : http://fashion.logosdictionary.org/fashion/fashion_dict.view_definition?code=1152798&lingua=IT
Le lexique des tissus : http://labobine.over-blog.com/pages/Le_lexique_des_tissus_A-4506715.html
Textile Dictionary : http://www.textilerooms.com/textile_dictionary/texile%20dictionary.php
Trama e ordito : http://trama-e-ordito.blogspot.it/search/label/3.2.2.%20Dizionario%2FIndice%20tessuti
Vocabulaire textile : http://www.interstyleparis.com/francais/accueil/vocabulaire-textile.html
Vogue Enciclopedia : http://www.vogue.it/news/encyclo/tessuti



Notes

↑ 1 Marie-Berthe Vittoz est l’auteure de l’introduction et du paragraphe 1, Maria Margherita Mattioda est l’auteure des paragraphes 2, 3 et de la conclusion.

↑ 2 Trésor de la langue française, www.cnrtl.fr s.v. Etoffe, Tissu, Textile; Encyclopaedia Universalis, www.universalis.fr; S.v. Textile ; Treccani Vocabolario, www.treccan.it s.v. Tessuto, Tessile, Stoffa; Enciclopedia DeA, www.sapere.it s.v. Tessuto, Tessile, Stoffa.

↑ 3 Il s’agit d’un projet spécial du Circolo dei lettori dont la responsable est Ludovica Gallo Orsi. L’évènement a eu lieu à Turin du 22 au 25 octobre 2015.

↑ 4 http://www.circololettori.it/voce-del-verbo-moda-ed-03/

↑ 5 Des informations et des approfondissements sur la circulation et la présence des formes italiennes dans le lexique des langues étrangères peuvent être repérées sur le site de l’Osservatorio degli italianismi nel mondo : http://www.italianismi.org/ricerca-italianismi#

Pour citer cet article :

Marie-Berthe VITTOZ, Maria Margherita MATTIODA, Des tissus dans tous les sens : d’une terminologie didactique à la communication professionnelle du projet « Voce del verbo moda » , Du labyrinthe à la toile / Dal labirinto alla rete , Publifarum, n. 26, pubblicato il 31/05/2016, consultato il 24/10/2017, url: http://publifarum.farum.it/ezine_articles.php?id=343

 

Dipartimento di Lingue e Culture Moderne - Università di Genova
Open Access Journal - ISSN électronique 1824-7482

Site réalisé avec DOMUS