L’intercompréhension: de la définition d’un concept à la délimitation d’un champ de recherche ou vice versa ?
HTML
PDF

Come citare

Jamet, M.-C. (2010). L’intercompréhension: de la définition d’un concept à la délimitation d’un champ de recherche ou vice versa ?. Publifarum, (11). URL da http://publifarum.farum.it/index.php/publifarum/article/view/193

Abstract

L’acception la plus fréquente aujourd’hui du mot intercompréhension est apparue peu avant les années 90 dans l’univers des recherches en linguistique appliquée et didactique des langues, et renvoie à un processus de communication entre des locuteurs de langues apparentées où chacun parle sa langue et comprend celle de l’autre, c’est-à-dire à une situation de « compréhension mutuelle plurilingue ». Or, d’une part cette définition est loin de correspondre à la réalité des pratiques didactiques où prime l’activité de lecture et pas une interaction verbale orale; d’autre part, elle recouvre en partie seulement ce que le mot signifie dans les différents articles dont il est le mot-clé principal. 

HTML
PDF

Riferimenti bibliografici

C. BLANCHE-BENVENISTE & A. VALLI (sous la direction de), L’intercompréhension: le cas des langues romane, Le Français dans le monde, Recherches et applications, janvier, Paris, Hachette, 1997.

E. BLANCHON, « Point de vue sur la définition », Meta, vol. 42, n°1, 1997, p. 168-173. Consultable sur: http://id.erudit-org/iderudit/002090ar .

F. CAPUCHO, « L’intercompréhension, une clé pour le multilinguisme en Europe », Power point, in actes du colloque « Linguistique et apprentissage des langues européennes », Dijon, 2003. Consultable sur http://lingua.fc-tic.net/actescoloc/capucho.ppt.

F. CAPUCHO, & A. M. OLIVEIRA, «Eu+I-On the Notion of intercomprehension »,[I:B] [/I:B]in A. Martins (ed), Building Bridges :EU+I, European Awareness and Intercomprehension, centro regional da Beiras, Universidad Catoica Portuguesa, 2005, p. 11-18.

F. CAPUCHO, A .P. MARTINS, C. DEGACHE, M. TOST (eds), Diálogos em Intercompreensão, Universidade Catolica Editora, Lisboa, 2007.

E. CASTAGNE, « Le programme 'Intercompréhension Européenne' (ICE) ou comment utiliser la linguistique contrastive pour mieux se comprendre en Europe », in Christian Schmitt & Barbara Wotjak (eds), Beiträge zum romanisch-deutschen und innerromanischen Sprachvergleich. Leipzig, oct. 2003. Akten der gleichnamigen internationalen Arbeitstagung, 2005. Consultable sur: http://logatom.free.fr/eurosem2003.pdf.

J.-P. CUQ (sous la direction de ), Dictionnaire de didactique du français, Asdifle, CLE international, 2003.

L. DABENE, « Pour une contrastivité revisitée », in Comprendre des langues voisines, ELA Revue de didactologie des langues-cultures, n° 104, 1996, Paris, Didier, p.393-400.

L. DABENE et C. DEGACHE (eds), Comprendre des langues voisines, ELA Revue de didactologie des langues-cultures, n° 104, Paris, Didier, 1996.

C. DEGACHE, « Développer l’intercompréhension dans l’espace linguistique roman : le programme Galatea/Socrates », Assises de l’enseignement du et en français, séminaire de Lyon, 23-25 septembre 1997, Aupelf-Uref. Consultable sur http://w3.u-grenoble3.fr/galatea/dc97a.htm.

Délégation générale à la langue française et aux langues de France, L’intercompréhension entre langues apparentées, Références 2006, consultable sur: http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/publications/intercomprehension.pdf.

L. DEPECKER, Entre signe et concept. Eléments de terminologie générale. Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2002.

P. DOYE, « L’intercompréhension », Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue. Étude de référence. Division des politiques linguistiques. Conseil de l’Europe Strasbourg, 2005. Consultable sur: http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/DoyeFR.pdf.

J. DUBOIS et C. DUBOIS, Introduction à la lexicographie: le dictionnaire, Paris, Larousse, 1971.

[I:B]C. FERRÃO TAVARES[/I:B], « L’intercompréhension est-elle soluble dans la communication? », in, F. Capucho, A. A .P. Martins, C. Degache, M. Tost (eds), Diálogos em Intercompreensão, Universidade Catolica Editora, Lisboa, 2a edição, Cdrom, 2007, p. 585-596.

[I:B]M.-C. JAMET,[/I:B] “L’Intercompréhension, spécificités et enjeux didactiques”, in Didactiques et convergences des langues et des cultures (suite), Dialogues et Cultures, n° 52, 2007, p. 182-185.

M.-C. JAMET, À l’écoute du français. La compréhension de l’oral dans le cadre de l’intercompréhension des langues romanes. Coll. Giessener Beiträge zur Fremssprachendidaktik, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2007.

M. MASPERI, «Quelques réflexions autour du rôle de la parenté linguistique dans une approche de la compréhension écrite de l’italien par des francophones débutants », in L. Dabène, C. Degache (eds), Comprendre des langues voisines, ELA Revue de didactologie des langues-cultures, n° 104, Paris, Didier, 1996, p. 491-502.

F. J. MEISSNER, « EuroCOmDidact: recherches empiriques pour le développement d’une méthode en intercompréhension », in Didactiques et convergences des langues et des cultures, colloque international de Sèvres du 29 juin au 1er juillet 2005, Dialogues et cultures, n°52, 2007, p.186-192.

Y. MOÑINO, Le proto-gbaya: essai de linguistique comparative historique sur vingt-et-une langues d’Afrique centrale. Paris: Editions Peeters pour l’Société des Études Linguistiques et Anthropologiques de France (SELAF) avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) xiv, 1995.

C. OLLIVIER, « Dimension linguistique et extralinguistique de l’intercompréhension. Pour une didactique de l’intercompréhension au-delà des familles de langues. », F. Capucho, A. A .P. Martins, C. Degache, M. Tost (eds), Dialogos em Intercompreensão, Universidade Catolica Editora, Lisboa, 2007, p.59-74.

C. OLLIVIER, « Le linguistique et le non linguistique en intercompréhension », Cahiers de l’Acedle, n°3, 2008, p. 127-149. Consultable sur: http://eurofle.wordpress.com/category/intercomprehension/.

B. QUEMADA, « Apprendre à comprendre les langues », Plurilinguisme et intercompréhension. La Tribune Internationale des langues vivantes TILV, n° 16, nov., 1995.

A. REBOULLET, « La latinité : une idée à reconstruire », Le Français dans le monde, n°179, 1983, p. 19-20.

A. REY, La terminologie. Noms et notions, Paris, PUF,1979.

J. ROUSSEAU, « L’escalier dérobé de Babel » in C. Blanche-Benveniste & A. Valli (eds), L’intercompréhension: le cas des langues romanes, Le Français dans le monde, Recherches et applications, janvier, Paris, Hachette, 1997, p. 38-45.

M. TOST PLANET, « I progetti europei d’intercomprensione tra parlanti di lingue romanze », in A. Benucci (ed), Le lingue romanze, una guida per l’intercomprensione, Torino, UTET, 2005, p.15-54.

Note

↑ 1Nous utiliserons dans cet article indifféremment les mots concept et notion pour nous référer à l’intercompréhension, malgré leur ambiguïté en français qu’a soulignée Alain Rey (1979:30 ) ; nous les emploierons en tant que synonymes, sans tenir compte de la variation de sens liée à l’usage quotidien qui associe à la notion précisément une connotation d’indéfinition par rapport au concept plus scientifique.

↑ 2Nous limitons le champ d’investigation quasi exclusivement aux publications en langue française, bien que le concept étudié au niveau européen, fasse l’objet de définitions dans d’autres langues.

↑ 3En raison d’une erreur de transcription dans le Grand Robert, on trouvera mention de Roujat au lieu de Ronjat.

↑ 4Abréviation de spécialement.

↑ 5Nous ne rentrons pas ici dans les discussions sur le fait que le terme linguistique appliquée ne peut être considéré comme un synonyme de didactique des langues.

↑ 6Nous avons retenu les textes les plus diffusés et visibles. Il est possible que les termes évoqués figurent dans d’autres articles légèrement antérieurs, mais ce qui compte, c’est la tendance générale que les ouvrages les plus accessibles révèlent. Quand nous analysons les implications d’un énoncé pour la définition de la notion, cela ne signifie donc pas nécessairement que l’auteur soit exactement le premier à avoir introduit certains paramètres.

↑ 7Article paru dans le volume de l’Association des Sciences du langage : L’interaction, Buscila, 1989.

↑ 8Il s’agit d’un article de Tournier , « Des dictionnaires de langue aux inventaires d’usages » (1992:53), dans le numéro double 85-86 où le mot est inclus dans la citation suivante : « ...l’activation communicationnelle étant, par l’intercompréhension qu’elle engendre, constitutive du social... ». Le terme ici se réfère à la deuxième acception du verbe comprendre (comprendre l’identité de l’autre), et pas comprendre le discours de l’autre, et il s’agit d’une conséquence et non d’un préalable à la communication.

↑ 9L’indécision entre plurilinguisme et multilinguisme parcourt la littérature. Les textes officiels européens réservent aujourd’hui plurilinguisme aux compétences de l’individu, et multilinguisme lorsque plusieurs langues coexistent sur un même territoire.

↑ 10Organisation internationale de normalisation.

Per citare questo articolo:

Marie-Christine JAMET, L’intercompréhension: de la définition d’un concept à la délimitation d’un champ de recherche ou vice versa ?, Autour de la définition, Publifarum, n. 11, pubblicato il 01/03/2010, consultato il 10/02/2021, url: http://oldpubli.farum.it/ezine_articles.php?id=144

La rivista elettronica Publifarum diventa proprietaria dei diritti d'autore degli articoli selezionati dal Comitato di Redazione. Nessun testo accettato potrà essere pubblicato altrove, senza previo accordo con i responsabili della rivista. Nessun compenso sarà pagato agli autori. In caso di mancata accettazione dell'articolo, la rivista dà all'autore il diritto di presentare il suo testo altrove.

La rivista pubblica in Open Acces.