Reformulations définitoires spontanées chez des francophones et des italophones de 6, 8 et 10 ans - Première partie
HTML
PDF

Come citare

Gerolimich, S., Martinot, C., & De Gioia, M. (2010). Reformulations définitoires spontanées chez des francophones et des italophones de 6, 8 et 10 ans - Première partie. Publifarum, (11). URL da http://publifarum.farum.it/index.php/publifarum/article/view/212

Abstract

L’étude que nous présentons s’insère dans le cadre d’un projet de recherche international sur les acquisitions tardives1 qui a pour objectif de décrire les procédures de reformulation que les enfants de 4, 6, 8 et 10 ans mettent en œuvre lorsqu’ils restituent une histoire qui vient de leur être lue2. La reformulation est définie comme «Tout processus de reprise d’un énoncé antérieur qui maintient, dans l’énoncé reformulé, une partie invariante à laquelle s’articule le reste de l’énoncé, partie variante par rapport à l’énoncé source» (MARTINOT, 1994)3. La recherche menée dans le projet Acquisition et Reformulation s’appuie sur une hypothèse acquisitionnelle nouvelle qui pose que les enfants acquièrent leur langue maternelle en appliquant certaines procédures de reformulation aux énoncés sources qu’ils ont perçus et retenus, et qu’ils transforment et/ou reformulent pour produire leurs propres énoncés. Selon cette hypothèse, «l’acquisition a lieu non pas parce que l’enfant sait imiter ce qu’il entend mais parce qu’il peut transformer ce qu’il entend. L’acquisition de la langue est donc conditionnée par l’aptitude que détient l’enfant à transformer le matériau linguistique qu’il perçoit pour se l’approprier» (MARTINOT, 2000: 94).

HTML
PDF

La rivista elettronica Publifarum diventa proprietaria dei diritti d'autore degli articoli selezionati dal Comitato di Redazione. Nessun testo accettato potrà essere pubblicato altrove, senza previo accordo con i responsabili della rivista. Nessun compenso sarà pagato agli autori. In caso di mancata accettazione dell'articolo, la rivista dà all'autore il diritto di presentare il suo testo altrove.

La rivista pubblica in Open Acces.