Une nouvelle littérature intermédiale ? Entre bande dessinée et roman graphique
HTML

Come citare

CecchiD. (2018). Une nouvelle littérature intermédiale ? Entre bande dessinée et roman graphique. Publifarum, (29). URL da http://publifarum.farum.it/index.php/publifarum/article/view/294

Abstract

L’article poursuit la recherche concernant le concept « de remédiation », proposé à l’origine par Jay D. Bolter et Richard Grusin en 1999 comme un nouveau paradigme pour comprendre les effets, sur l’esthétique autant que sur la communication à travers les médias de masse, d’une croissante influence réciproque, aujourd’hui, entre les différents formats médiaux dans la production des messages, ainsi que dans les œuvres d’art proprement dites. À travers l’archéologie des médias qui mène jusqu’à la remédiation, l’article trouve dans l’art de la bande dessinée un cas exemplaire relevant d’un intérêt particulier. La bande dessinée, en fait, ne se limite pas à entrecroiser parole et image, elle fait aussi l’effort de présenter le cours du dialogue de façon visuelle, montrant une forme spéciale de montage « d’images en arrêt », qui est à comprendre selon la théorie générale du montage d’Eisenstein. La présentation visuelle dans la bande dessinée est exemplifiée de façon exemplaire par la série des Peanuts (Schulz). Lorsqu'on passe au roman graphique, la forme iconique acquiert la valeur d’un élément constructif de la narration, comme l'illustre l'exemple « Des nouvelles d’Alain » (Guibert, Keler, Lemercier 2011).

HTML
Creative Commons License

Questo lavoro è fornito con la licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale 4.0 Internazionale.

Copyright (c) 2020 Publifarum