L’exil en ville, la ville en exil : l’écriture urbaine de l’exil dans l’oeuvre de Régine Robin
HTML
PDF

Parole chiave

ville, écriture urbaine, exil, Régine Robin

Come citare

VURM, P. (2020). L’exil en ville, la ville en exil : l’écriture urbaine de l’exil dans l’oeuvre de Régine Robin. Publifarum, (21). URL da https://publifarum.farum.it/index.php/publifarum/article/view/475

Abstract

L'article se penche sur deux textes de l'auteure québécoise Régine Robin, «La Québécoite» et «Mégapolis». Ces livres sont analysés du point de vue de l'exil vécu en ville, ainsi que de la migration et de l'errance en tant que mode de vie. Les villes (Paris, Montréal, Tokyo, etc.) deviennent non seulement un endroit où l'écrivaine séjourne, au second degré elles adoptent une dimension textuelle, ainsi que des significations métaphorique et symbolique.

HTML
PDF

Riferimenti bibliografici

CACCIA, Fulvio, « À quoi servent « les écritures migrantes » ? », dans Marc ARINO, Marie-Lyne PICCIONE, 1985-2005 : vingt années d’écriture migrante au Québec. Les voies d’une herméneutique, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

MOISAN, Clément, HILDEBRAND, Renate, Ces étrangers du dedans: une histoire de l’écriture migrante au Québec (1937-1997), Québec: Éditions Nota Bene, 2001.

ROBIN, Régine, Québécoite, Montréal : France/Amérique, 1983.

-----, Le roman mémoriel, Longueuil : Editions du Préambule, 1989.

-----, Mégapolis, Montréal : Stock, 2009.

SADKOWSKI, Piotr, Récits odysséens. Le thème du retour d’exil dans l’écriture migrante au Québec et en France, Torun, 2011.

Creative Commons License

Questo lavoro è fornito con la licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale 4.0 Internazionale.

Copyright (c) 2020 Publifarum